Les choses que vous nous dites

Réponses légitimes à vos arguments pro-avortement

1/36

“Ce n’est qu’un tas de cellules.”

Toi aussi.

4/36

“Mangez-vous de la viande?”

Oui, nous mangeons de la viande. Cela est permis car la Bible dit que seuls les êtres humains sont créés à l’image de Dieu. Les animaux ne le sont pas. Il est moralement acceptable de tuer – mais pas d’abuser – un animal pour se nourrir ou s’habiller; cependant, il n’est jamais moralement acceptable de tuer un être humain. (Genèse 1 :27)
7/36

“L'avortement empêche la maltraitance et négligence envers les enfants.”

L’avortement n’empêche pas la maltraitance et négligence des enfants, mais le garantit. Il n’y a rien de plus abusif et négligent que de faire appel à un tueur à gages pour mettre à mort un enfant innocent.

10/36

“Pourquoi n'allez-vous pas aider les sans-abris ou les enfants en famille d'accueil dans le besoin?”

Tout comme il serait injuste de critiquer l’Alliance du Cœur (maladies cardiovasculaires) pour ne pas aussi lutter contre le diabète; de même, la défense des bébés condamnés à mort est la priorité particulière de notre ministère en ce moment. Nous prenons soin des enfants négligés, maltraités ou souffrants; mais notre temps et nos ressources sont bien entendu limités. Une fois l’avortement aboli, de nombreux ministères chrétiens anti-avortement seront libérés pour concentrer leur attention sur d’autres causes importantes.
13/36

“J'envoie juste mon bébé au paradis. Je serai de nouveau avec elle un jour.”

Vous croyez que vous envoyez votre bébé au ciel (quelque chose qui n’est pas promis dans les Écritures); cependant, vous-même ne serez pas là. Apocalypse 21: 8 dit que tous les meurtriers trouveront leur part dans l’étang de feu. Et nous ne voulons certainement pas que cela vous arrive.

16/36

“Mais le bébé est dépendant de la vie de la mère.”

Il en est de même pour les enfants d’un an ou de trois ans. Aucun ne survivrait très longtemps sans la mère pour nourrir et protéger leurs petits corps.

19/36

“Je n'en veux tout simplement pas.”

Il y a beaucoup de bonnes personnes qui veulent votre bébé, et vous pouvez aller sur www.nightlight.org pour choisir une famille aimante pour adopter pour de bon votre petit. Les adoptions peuvent être « fermées » ou « ouvertes ». Une adoption fermée signifie que vous pouvez choisir de ne plus jamais revoir votre bébé. Une adoption ouverte signifie que vous pouvez toujours obtenir des cartes, des lettres, des mises à jour d’images ou peut-être un appel téléphonique ou une visite, selon les conditions de votre adoption. L’adoption est généralement gratuite pour la mère biologique.

22/36

“Dieu pardonne!”

(Avant d’avorter)

Romains 2: 4-5 dit: « Ou méprises-tu les richesses de Sa bonté, de Sa patience et de Sa générosité en ne reconnaissant pas que la bonté de Dieu te pousse à changer d’attitude? Par ton endurcissement et ton refus de te repentir, tu t’amasses un trésor de colère pour le jour où Dieu révélera Sa colère et Son juste jugement. ” Et nous ne voulons certainement pas que cela vous arrive.

25/36

“Mais dans l'Ancien Testament, il y a des exemples ou Dieu causa la mort de nourrissons ou de petits enfants.”

Dieu a l’autorité de donner et de reprendre la vie.

Job 1:21

 

28/36

“L'avortement doit rester légal en raison des grossesses extra-utérines.”

Le Dr Patrick Johnston, déclare: « La norme de soins pour les grossesses extra-utérines est la « gestion des femmes enceintes » ou l’attente vigilante, car la moitié des embryons qui s’implantent dans les trompes de Fallope de leur mère périssent de leur propre chef sans intervention médicale et sont réabsorbés. Néanmoins, selon mon expérience, les médecins sont souvent plus stricts que cette norme de soins, intervenant agressivement dans les grossesses extra-utérines pour tuer le bébé alors qu’en réalité, il n’est pas nécessaire de tuer le bébé pour sauver la vie de la mère. De plus, beaucoup de bébés survivent à l’implantation ectopique. Sans aucun doute, l’une des raisons pour lesquelles il n’y a pas plus de cas de grossesses extra-utérines qui survivent est la précipitation de la communauté médicale à tuer. Je soupçonne que la hâte est moins motivée par le désir de sauver la vie de la mère et a plutôt pour but de protéger le médecin. Soyons confiants dans notre engagement envers la Parole de Dieu en tant que fondement de moralité et de justice, et ne nous laissons pas séduire par un scénario médical inondé de tromperie. “Tu ne tueras point” peut résister au scepticisme.”

Voir la source

 

30/36

“Que faites-vous à propos de tous ces enfants indésirables qui naissent dans ce monde?”

Pas assez. Les Écritures disent que la religion pure est de rendre visite aux orphelins en détresse (Jacques 1:27). Cela étant dit, que je puisse ou non adopter un bébé sauvé de l’avortement ne change rien au fait qu’il est toujours injuste et inique de tuer un enfant dans l’utérus.

34/36

“Mais je ne suis pas mariée.”

On ne répare pas un péché contre Dieu (fornication) en en commettant un autre (meurtre).

36/36

“Je suis personnellement contre l'avortement, mais je suis juste ici à la clinique pour la soutenir et la ramener chez elle par la suite.”

Tout comme vous ne « soutiendrez » pas quelqu’un qui viole autrui; de même, vous ne devriez pas soutenir cette mère qui abuse de son enfant à mort. Et comme vous n’attendriez pas dehors pour conduire la voiture de fuite pour une personne qui s’apprête à cambrioler une banque, vous ne devriez pas non plus attendre la mère pour la ramener à la maison après le meurtre. N’ayez rien à voir avec l’effusion de sang innocent.
2/36

“Ne jugez pas!”

Dieu a déjà prononcé Son jugement, et Il a jugé qu’Il déteste les mains qui répandent le sang innocent (Proverbes 6:17).

5/36

“Je suis pro-vie, sauf en cas de viol.”

Le viol et l’avortement sont des maux pour la même raison: ce sont des actes violents sur le corps d’autrui. Lorsqu’une femme est imprégnée à cause d’agression sexuelle, nous devons poursuivre le violeur dans toute la mesure de la loi; cependant, faire payer au bébé le prix ultime du péché du violeur est injuste. Tuer l’enfant rajoute une deuxième victime a la situation de viol et un deuxième agresseur. Une mère qui a été violée devrait savoir plus que quiconque ce que c’est que de subir la violence d’autrui; par conséquent, elle devrait avoir de la compassion pour l’enfant dans son ventre et ne pas vouloir que cet enfant souffre de la même manière qu’elle a également souffert. Contrairement à la croyance populaire, les femmes qui gardent leurs bébés après une agression sexuelle ont trouvé en leur enfant une distraction bénie et un refuge du stress post-traumatique du souvenir de l’assaut. Les enfants; tous les enfants; sont vraiment une bénédiction du Seigneur (Psaume 127: 3-5).

 

8/36

“Ce n'est pas un bébé. C’est un fœtus.”

Oui, c’est un « fœtus » qui, en latin signifie « enfantement », ce qui évoque un enfant à naître. Comme nous parlons français, pourquoi ne pas simplement dire « bébé » comme le font les femmes enceintes quand elles parlent de leur enfant désiré? Changer de langue ne change pas l’humanité de l’enfant à naître.

11/36

“Mais l’avortement est légal.”

Ce n’est pas parce que c’est légal que c’est moralement juste. Autrefois, il était légal aux États-Unis de placer des hommes et femmes noirs aux enchères et de les vendre comme du bétail. De même, pendant les jours de l’Holocauste, il était légal de retirer les enfants juifs hurlants de leurs mères, et les maris de leurs épouses en pleurs, pour les transporter vers les camps de concentration et les chambres à gaz. Il est dangereux de permettre au gouvernement de définir votre moralité. La Parole de Dieu dans la Bible est la seule source fiable de sagesse sur les questions morales et elle dit: “Tu ne tueras point.” Il est toujours malfaisant de tuer une vie humaine injustement.
14/36

“Mais le bébé est vraiment, vraiment petit ...”

Il est injuste de tuer de petites personnes, ou de grandes personnes. Tous les êtres humains sont créés à l’image de Dieu, quelle que soit leur taille ou leur stade de développement. Le Psaume 82: 3-4 dit: « Rendez justice au faible et à l’orphelin, faites droit au malheureux et à l’indigent, sauvez le faible et le pauvre, délivrez-les des méchants! » – utilisons notre force et notre taille pour les PROTÉGER, plutôt que de les intimider jusqu’à leur mort.
17/36

“C’est un parasite. Si c'est dans mon corps, je peux le chasser.”

Par définition, un parasite n’est jamais de la même espèce. L’emplacement du bébé à quelques centimètres dans le canal de naissance ne fait aucune différence quant à savoir s’il est bon ou mauvais de tuer. Être au « mauvais endroit » perçu ne signifie pas qu’il est soudain moralement justifiable d’empoisonner, démembrer ou de passer l’aspirateur sur autrui.
20/36

“Je voulais ce bébé, mais j'ai découvert qu'elle a une maladie mortelle et va mourir.”

Nous sommes désolés et avons une grande compassion envers ce que vous vivez. Cependant, nous avons tous des conditions fatales, car nous mourrons tous. Mais c’est un meurtre de mettre fin prématurément à une mort naturelle. Que diriez-vous qu’au lieu de mettre fin à votre petit, vous laissiez le moment de la mort entre les mains de Dieu Tout-Puissant? Ce que vous pouvez faire au lieu d’avorter votre bébé, c’est tout ce qui est en votre pouvoir pour donner à votre tout-petit le meilleur confort et traitement médical pendant tous ses jours restants. C’est ce que font les bons parents pour les enfants malades.
23/36

“J'ai déjà deux enfants et je n'en veux pas d'autre.”

En fait, vous avez trois enfants. Alors, pourquoi mettez-vous fin à celui-ci et non à l’un de vos enfants plus âgés? Jacques 2: 9 dit que “si vous faites du favoritisme, vous commettez un péché; la loi vous dénonce comme étant coupables.” Au lieu de choisir des enfants préférés à garder et d’autres à mettre fin, considérez les paroles des Écritures – que tous vos enfants sont des « récompenses du Seigneur » et que vous êtes bénie d’en avoir beaucoup (Psaume 127: 3-5).
26/36

“La Terre est déjà surpeuplée.”

L’humanité ne continue d’exister que parce que chaque génération produit une autre génération pour la remplacer. Le taux de remplacement est d’une personne par personne. Étant donné que les femmes sont les seules capables d’avoir des enfants, remplacer chaque personne sur terre nécessite que chaque femme ait deux enfants: l’un pour la remplacer et l’autre pour remplacer l’homme. Dans les pays développés, le taux de natalité de remplacement est de 2,1 enfants par femme. Même ce nombre suppose que chaque femme a des enfants et qu’il n’y a pas de guerres, de famine ou de maladie. Dans le monde réel, ces types de catastrophes se produisent tout le temps et, malheureusement, tous les enfants n’atteignent pas l’âge adulte – en particulier dans les pays pauvres dont le taux de remplacement peut atteindre 3,3 enfants par femme. Comme toutes les femmes n’ont pas d’enfants, certaines femmes doivent avoir plus d’enfants pour équilibrer le taux de natalité avec celles qui n’en ont pas ou n’ont qu’un seul enfant. De nombreux pays du monde se remplacent à peine, tandis que la majorité croissante des pays ont des taux de natalité inférieurs au taux de remplacement. Certains pays ne dépassent pas 1,2 bébé par femme. **

Source: overpopulationisamyth.com

31/36

“Si l'avortement n'est pas légal, les femmes recommenceront à avorter leurs bébés dans les ruelles avec des cintres. Ce serait tellement dangereux!”

Nous sommes d’accord. Il est très dangereux de tuer son bébé à naître avec un cintre – tout comme il est dangereux pour un cambrioleur de voler la maison d’une petite vieille. Il pourrait, après tout, se couper la main sur le verre. De même, une mère pourrait se blesser en attaquant son bébé avec un cintre.
3/36

“Son corps, Son choix.”

Le corps à l’intérieur du corps de la mère n’est pas son corps. La mère n’a pas quatre bras et quatre jambes; deux cerveaux et deux cœurs, et si le bébé est un garçon, elle n’a pas deux sexes. Aucun bébé ne choisirait d’empoisonner son propre corps, de se faire attaquer avec un aspirateur, de se faire démembrer vif, ou de se faire accoucher de force dans des toilettes à moitié remplies d’eau.

6/36

“L'avortement doit être légal pour les situations où la femme risque la mort si elle n’avorte pas.”

Pourquoi l’enfant devrait-il renoncer à sa vie pour sa mère? Ça devrait plutôt être le contraire. L’ancien chirurgien général C. Everett Koop a déclaré: « Au cours de mes trente-six ans de chirurgie pédiatrique, je n’ai jamais connu un seul cas où l’enfant a dû être avorté pour sauver la vie de la mère. » Même le Dr Alan Guttmacher de Planned Parenthood a reconnu il y a plus de 50 ans: « Aujourd’hui, il est presque toujours possible que la patiente survive la grossesse, à moins qu’elle ne souffre d’une maladie mortelle comme le cancer ou la leucémie, et si c’est le cas, l’avortement ne peut probablement pas prolonger, et encore moins sauver la vie. » Si le médecin éminent et mascotte de Planned Parenthood faisait de telles déclarations il y a plus de 50 ans, combien plus aujourd’hui sont les chances de survie d’une grossesse, grâce aux progrès médicaux d’un demi-siècle!

9/36

“L’avortement est un droit de la femme.”

Dans tout débat, il est bon de définir les termes. Définissons donc d’abord « l’avortement » avec cette vidéo (clip d’un peu plus d’une minute).

12/36

"L'avortement est acceptable tant que le bébé est assez jeune pour ne pas ressentir de douleur."

Quelqu’un qui reçoit une balle dans la tête ne resentissent probablement pas de douleur importante. Cela voudrait-il dire que cet acte est « bon » ou « moralement acceptable »? Serait-il « moralement acceptable » de démembrer une personne vivante contre son gré tant qu’elle est sous anesthésie générale?

15/36

“Je suis vraiment au début de ma grossesse, donc l'avortement est acceptable."

Il est injuste et inique de tuer des personnes de 60 ans, 6 ans ou de 6 semaines dans l’utérus. Dieu dit: “Tu ne tueras point”, et Il ne néglige pas ce commandement pour les êtres humains les plus jeunes. Au contraire, Jacques 2: 8 dit: “Tu aimeras ton prochain comme toi-même” – cela inclue le plus petit de tes voisins qui n’a aucune idée de ce qui va arriver à leur propre corps alors que le nom de leur mère est appelé.
18/36

“Mais si une mère n’a pas les moyens d’avoir un enfant à ce moment-là?”

Lorsqu’on traverse des moments difficiles financièrement, on déchire les cartes de crédit; cependant, on ne déchire pas nos enfants. On reçoit des conseils financiers, on établit un budget, on postule pour de nouveaux ou meilleurs emplois, mais on ne devrait jamais penser amener un de nos enfants chez un tueur à gages pour économiser un peu d’argent. Ferions-nous ça à un enfant de 4 ans?
21/36

“Ce n'est tout simplement pas le bon moment pour être mère.”

C’est le bon moment parce que Dieu a dit que c’était le bon moment. Il a placé cet enfant dans votre ventre et vous êtes déjà une mère en ce moment. Chaque décision que vous prenez concernant les vitamines prénatales, les soins obstétricaux et gynécologiques, le fait de fumer ou non, votre nutrition, la quantité d’exercice et les boissons à éviter font tous partie de la parentalité de votre enfant en ce moment.

 

24/36

“Dieu connait mon cœur.”

Dieu connaissant votre cœur devrait vous faire trembler car l’Écriture dit: « Le cœur est tortueux par-dessus tout, et il est méchant » (Jérémie 17: 9). En dehors de Christ, nous avons des « pieds légers pour répandre le sang » innocent. (Romains 3:15).

27/36

“Ma clinique locale d'avortement fait aussi beaucoup de bien!”

Si votre épicerie locale agressait des enfants qui viennent avec leurs clients, mais vendait également des vitamines, des aliments bon marché et des prescriptions vitales, cela en ferait-il un endroit acceptable pour faire les courses?
29/36

“Je ne pense pas que ce soit un meurtre tant que le cœur ne bat pas encore.”

La vie commence à la conception, mais vous devez également savoir que le cœur bat au moment où la mère passe son test de grossesse. Dans Jérémie 1: 5, Dieu déclare: ” Avant que je t’aie formé dans le ventre de ta mère, je te connaissais. ” Dieu nous connaît avant même que le sperme de notre père ne pénètre dans l’ovule de notre mère. Mettons-nous du côté de la gentillesse. Honorons et respectons la dignité de la personne dès la fécondation.

32/36

“Je ne sais pas qui est le père.”

Ne pas savoir qui est le père ne justifie pas l’acte de tuer l’enfant. Dieu fait une promesse spéciale aux orphelins: « Le père des orphelins, le défenseur des veuves, C’est Dieu dans sa demeure sainte. » (Psaume 68: 6).

33/36

“Ce n'est pas comme si les mères avaient demandé à être enceintes”

Les statistiques nous disent qu’environ 99% de ceux qui avortent se sont livrées volontairement au seul acte qui crée un bébé. C’est pourquoi Dieu dit que cet acte devrait être réservé au mariage.

« Fuyez l’immoralité sexuelle » (I Cor. 6:18)

35/36

“Quelque chose ne va pas avec mon bébé, et je ne veux pas qu'il souffre d'une vie cruelle."

On ne tue pas les personnes handicapées, déformées ou malades. On les aide. On leur offre le meilleur en matière de soins médicaux et confort. Ce n’est pas à nous de juger si quelqu’un est suffisamment déformé ou retardé pour tuer. La vie et la mort sont entre les mains du Seigneur.